European Page

Curriculum Vitae

Human Rights Interventions Articles Interviews  Media

Books

   Arabic Page

::::::::  La suspension de l’hebdomadaire Al-Domary Le triangle de la mort et la liberté de la presse en Syrie  :::::::

 

A son arrivée au ministère de l’information, il y a plus de trois ans, Monsieur Adnan Oumran fut présenté par les siens comme le grand réformateur d’un appareil médiatique qui ne fait que tuer la capacité journalistique et les compétences humaines en Syrie. Les premières déclarations de Monsieur le ministre consistait à faire comprendre que sa tâche n’est pas de moderniser la répression à l’époque de la révolution médiatique, mais plutôt de débloquer un système désormais inopérant.

Cependant, après une très courte période de  concertation, Monsieur le ministre a publié le circulaire n° 167 daté du 14/10/2000 qui interdit formellement de publier une publicité ou de présenter une émission ou de réaliser une interview qui touche à la culture (sic) sans une autorisation préalable du ministre de la culture.

Les optimistes ont tenté de voir la moitié pleine du verre et de fermer les yeux sur ces petites circulaires. Des nouveaux organes de la presse ont vu le jour et l’hebdomadaire satirique indépendant Al-Domary est devenu la première publication satirique au pays. Et ce, depuis la suspension du grand journal satirique Al Mudhheq al-Mubki, il y a quarante ans.

Mais, malgré les précautions juridiques nécessaires qui consistent à éviter les prétextes classiques de la fermeture d’un journal dans un système autoritaire, le journal, dirigé par l’enfant terrible de la caricature syrienne sous l’état d’urgence (Ali Ferzat), a vécu trois ans d’enfer avec ce qui est convenu d’appeler le triangle de la mort. Ce triangle despotique est composé de :

1-  La Compagnie Générale de Distribution de la Presse (al Mouassassa al-ama litawzi’ al-Matbou’at), née avec le décret législatif n° 24/1975. Cette compagnie, inspirée par le modèle de la Roumanie de l’époque, monopolise la distribution en Syrie. Chaque périodique est l’otage du bon vouloir de cette compagnie bien contrôlée.

2-  La Compagnie Arabe de la Publicité (al-mouassassa al-arabyia lil-Ilan) qui contrôle la publicité et par conséquent, les sources de financements uniques d’un journal en Syrie.

3-   La Loi 50 de septembre 2001 qui appartient aux moyens âges de la presse. Selon la dite Loi, il suffit d’une note orale ou écrite du ministre de l’Information au Premier ministre pour mettre fin à la vie d’un journal (article 22).

Le journal Al-Domary avait droit aux trois axes de la mort : Tous mettent des bâtons dans ses roues. Difficultés énormes au niveau de la distribution (diminution obligatoire de 40 milles exemplaires à 14 milles). Ensuite c’est le tour de la publicité qui est le seul moyen de financement pour un journal privé. Dépassé par les problèmes financiers et administratifs, Al-Domary  poursuit son apparition à petit tirage par photocopie pour rester dans le cadre de la légalité. C’est là où le ministre de l’Information achève le travail par le troisième axe de la mort. La Loi 50 qui a banalisé les lois d’exception dans un cadre juridique dit ordinaire. Le numéro spécial sur « La croyance dans la possibilité de réforme » est interdit le 27 juillet par Monsieur Oumran. Le 31 juillet 2003, l’autorisation du journal Al-Domary est  annulée par la décision 6061 du Premier ministre M. Mustafa Miro.

Le numéro intitulé (al-Iman bil-Islah) lance par son interdiction le défi de la REFORME. Le débat sur le sous-développement de la presse officielle en Syrie a commencé avant cette interdiction. Est-ce la résistance des derniers jours d’une espèce en voix de disparition de par le monde ou bien une véritable rupture avec les voix de la réforme ?      

* Rédacteur en chef de la revue syrienne Moukarabat (Approches)

Back

 
webmaster@haythammanna.net

all rights reserved to Dr. Haytham Manna ®12/10/2006

contact us